Blason et devise

 

BlasonNyonsLe blason ou les armoiries de Nyons

Malgré les dégâts commis pendant la Révolution française, la famille Dratz-Chardon a formidablement bien restauré les blasons martelés du château de Nyons.

La description des armoiries de Nyons est basée sur la codification du héraut d’armes Pierre d’Hozier. Le blason de Nyons date approximativement de 1450.


Symbolique des armoiries

Le blason se compose de quatre couleurs : le rouge, l’argent et le noir.
Il se compose d’une forteresse avec ses tours, surmontée d’une couronne et entourée de deux branches de chêne aux fruits rouges.

Le fond de l’écu est en argent, de la couleur du métal qui signifie l’espérance. Le métal d’argent est aussi associé en astrologie à la Lune, astre qui préside à la destinée de la cité et dont les propriétés réfléchissantes de lumière rappelle la perle, son joyau protecteur.

La couleur des « gueules » du château est le rouge vermillon. Cette couleur noble fait écho à la symbolique de Mars : la guerre, le feu victorieux, la loyauté.

Les trois tours symbolisent la force de la ville, son intérêt stratégique. La tour « donjonnée » (celle qui dépasse les autres) marque la suzeraineté de Nyons comme chef-lieu des Baronnies, la porte est ouverte sur l’argent du fond de l’écu.
Fenêtres et traits de maçonnerie sont noirs, faisant référence à Saturne et au fer qui symbolisent l’intention de puissance.

Les ornements extérieurs sont représentés par une couronne murale à quatre créneaux d’or, symbole de la municipalité moderne.

Les deux branches ployées d’or sont celles de chêne aux fruits rouges, symbole de la force du pouvoir populaire. Le laurier aux fruits rouges est aussi censé donner le succès dans les entreprises de la cité d’après la tradition.


La devise de Nyons

Pour marquer sa fidélité au Dauphin dont la ville conserve une cour delphinale jusqu’en 1478 (c’est-à-dire un palais de justice où était jugé et rendu le droit), la devise de Nyons reprend celle de Philis de la Tour du Pin de la Charce :
« Turris fortitudo mea », c'est-à-dire (je tiens) ma force de la tour.

Une devise est une phrase courte ou une expression symbolique décrivant les motivations ou les intentions d'un individu, d'un groupe social, d'une organisation ou d'une institution, qu'il a choisi pour suggérer un idéal, comme règle de conduite ou pour rappeler un passé glorieux.

L’adoption de cette devise par la municipalité de Nyons allie la permanence d’un glorieux passé au courage qui anime la cité vers l’avenir, protégée par ses tours.


Philis de la Tour du Pin de la Charce

En 1692 le duc Victor-Amédée II de Savoie envahit le sud du Dauphiné, il est lié à la ligue d’Augsburg contre le roi Louis XIV.

C’est dans ce contexte que naquit la légende de la fille de Pierre de la Tour de la Charce, baron des Plantiers : née à Nyons en 1645 et maître de camp à 15 ans, puis maréchal de camp, Philis de la Charce est considérée comme la « Jeanne d’Arc dauphinoise ».
Mademoiselle de la Charce sauta à cheval munie de deux pistolets et d’un sabre, rameuta la population et coupa la progression de l’ennemi piémontais au-delà de Gap.

L’église de St-Vincent à Nyons, abrite le mausolée de l’héroïne, tandis que son épée et ses pistolets furent déposés au Trésor de St-Denis sur l’ordre du roi.

Une statue équestre de Philis de la Charce réalisée par le sculpteur Campagne, orne l’entrée du jardin des dauphins à Grenoble, capitale de la Province du Dauphiné.


Source : Almanach du Vieux Dauphinois – Caribert – Annecy 1992

Météo Nyons © meteocity.com
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Recherchez dans le site

Newsletters